1

Le permis de conduire

Cette formalité administrative existe ici aussi. D’ailleurs, il y a quelques années, Carlos est allé passer son permis de conduire mexicain pour des raisons administratives liées à sa nationalité. En gros, ça se passe comme au Canada. Il y a un examen théorique et un examen pratique.

Dans le premier, inutile d’étudier car, la plupart des questions sont très faciles comme par exemple celle-ci dont Carlos s’est souvenu : Combien de personnes maximum peuvent circuler sur une moto au même moment.

A) 1 personne

B) 2 personnes

C) 4 personnes

D) Aucune de ces réponses.

Vous et moi répondrions probablement « B » car, avec « A », c’est le choix le plus probable. Il s’en trouve pourtant qui doivent répondre « C » car, nous en voyons de temps à autre qui réussissent à entasser une famille entière sur un seul de ces véhicules à deux roues. J’ai vu un type se promener en ville avec sa femme assise derrière lui, un bébé dans les bras (donc, elle ne pouvait s’accrocher nulle part) et un autre enfant d’environ 6 ans assis plus ou moins sur l’espace restant à l’arrière.

L’examen pratique est également assez facile quoique les règles de la route soient parfois différentes du Canada surtout en ce qui a trait aux ronds-points (glorieta). Officiellement, ceux qui sont déjà engagés ont la préférence. Officieusement, il existe des règles obscures qui disent que si tu contournes le rond-point pour continuer tout doit, tu n’as pas d’arrêt à faire (l’autre type, là, est-ce qu’il le sait?). Ou encore, si tu es engagé mais qu’un véhicule plus gros que le tiens s’en vient, c’est mieux de le laisser passer.  Sans oublier les motos qui, elles, ne semblent être régies par aucune règle en particulier.

Est-ce que Carlos a réussi son examen théorique? Bien entendu et du premier coup avec ça!

Est-ce que Carlos a réussi son examen pratique? Pas du tout, bien entendu, mais pas parce qu’il ne connaissait pas les règles et subtilités, plutôt parce qu’il devait débourser un petit extra pour l’obtenir. Il a fallu marchander ferme et, au début, Carlos a refusé d’entrer dans l’engrenage mais lorsque le type lui a fait comprendre qu’il n’aurait pas son papier et qu’il devrait revenir (inlassablement jusqu’à ce qu’il desserre les cordons de la bourse), il a finalement payé comme tout le monde.

D’ailleurs, le problème de la corruption est tellement fréquent que plusieurs états mexicains auraient abolis les examens pour éviter que les usagers aient à débourser pour ces « extras ».  Pour avoir un permis, il suffit de payer quelques dizaines de dollars. Les seules limites sont celles de l’âge (ce qui n’empêche pas des jouvenceaux d’une dizaine d’années de conduire assis sur un bottin téléphonique pour voir par-dessus le tableau de bord de la voiture) et de la santé (aveugles s’abstenir – tout de même!).

Prochain article : la signalisation…